A l'Assemblée Nationale 

Question publiée au JO le : 09/03/2010, page : 2598

 

M. Jean-Luc Reitzer attire l'attention de Mme la ministre de la santé et des sports sur la situation des personnesatteintes de maladies algies pudendales. Cette maladie douloureuse et évolutive est encore méconnue et n'est passystématiquement assimilée à des affections longue durée (ALD). Les malades qui ne bénéficient ni d'une évaluation duhandicap, ni d'une reconnaissance par les maisons départementales des personnes handicapées, sont confrontés pourcertains d'entre eux à une grande précarité. Enfin, la cryothérapie qui permet de soulager la douleur n'est pas prise encharge. Il lui demande quelles mesures le Gouvernement entend prendre pour promouvoir une politique sanitaireencadrant les malades atteints d'algies pudendales.

 

 

 

Réponse publiée au JO le : 03/08/2010,  page : 8611

 

La névralgie pudendale, ou syndrome du canal d'Alcock, est une affection due à la compression d'un nerf situé dansune région profonde de la fesse, appelé nerf pudendal ou nerf honteux interne. La présentation, la gravité et l'évolutiondes névralgies pudendales sont très variables d'un patient à l'autre. C'est pourquoi cette névralgie n'est pas inscrite surla liste des trente affections ouvrant droit à une exonération du ticket modérateur en raison de leur caractère « grave etparticulièrement coûteux ». En revanche, dès lors qu'il s'agit d'une forme particulièrement sévère et invalidante de lamaladie, le bénéfice d'une prise en charge à 100 % par l'assurance maladie peut être accordé pour les soins ettraitements liés à cette pathologie, au titre des affections dites « hors liste ». C'est sur avis individuel du service médicalde l'organisme local ou, en cas de refus initial, à un expert, qu'il appartient d'identifier le caractère grave et coûteux de lapathologie pouvant donner le droit au patient de bénéficier de l'exonération du ticket modérateur. Comme pour toutesles pathologies pouvant entraîner une invalidité, les personnes atteintes de formes invalidantes de névralgie peuventégalement bénéficier de prestations, soit au titre de l'assurance invalidité prévue au livre III, titre IV du code de lasécurité sociale, soit au titre des mesures figurant à l'article L. 114-1-1 du code de l'action sociale et des familles relatif àla prestation de compensation du handicap. Dans ce cas, il appartient à la commission des droits et de l'autonomie despersonnes handicapées prévue à l'article L. 146-9 du même code de déterminer les prestations, l'orientation etéventuellement les mesures de reclassement professionnel des personnes en situation de handicap. Le traitementhabituel de la pudendalgie associe de manière diverse les traitements médicamenteux à visée antalgique, lesinfiltrations et la chirurgie. La cryothérapie utilisée dans ce contexte consiste en une application thérapeutique du froid àvisée antalgique et anti-inflammatoire, pouvant être obtenue par divers moyens : glace, eau froide, linge humide,systèmes cryogènes divers tels que vessies de glace, poches de gel cryogène, poches de froid instantané, cryothérapiede conduction par appareil produisant du froid. Cette technique antalgique est souvent utilisée en traumatologie(entorses, tendinites). Je vous confirme qu'elle n'est pas incluse dans le périmètre des biens et services remboursableset n'est donc pas prise en charge par l'assurance maladie.

 

 

 

Association d'Information sur la Névralgie Pudendale et les Douleurs Pelvi-Périnéales

Reproduction interdite sous peine de poursuite judiciaire Article L.111-1 du code de la propriété intellectuelle
Copyright : Droits d'auteur déposés